Assyriens de Syrie redoutent l'avancée turque

«Nous n'avons que Dieu», se lamente Souad Simon qui a dû quitter son village majoritairement assyrien et prie chaque jour pour son mari, resté le défendre avec d'autres miliciens chrétiens face à une opération militaire turque dans le nord-est syrien.

Comme cette femme à la silhouette frêle, les chrétiens assyriens de la région du Khabour qui ont déjà subi en 2015 l'invasion du groupe Etat islamique (EI) -et qui n'ont pas choisi la voie de l'exil- voient d'un oeil inquiet l'armée turque s'avancer vers eux.

Il y a quelques jours, Souad a dû fuir son village de Tal Kefji, à proximité des combats, pour trouver refuge chez des proches dans la localité de Tal Tamr, six kilomètres plus loin.

Car malgré deux accords de cessez-le-feu, des affrontements se profilent avec l'avancée de l'armée turque...