Chine plongée dans l'univers de la détention au Xinjiang

Portes fermées à double tour et vidéosurveillance "complète", jusque dans les dortoirs. Une nouvelle fuite de documents officiels chinois jette une lumière crue sur les "centres de formation professionnelle" où seraient détenus plus d'un million de musulmans.

Ces documents, obtenus par le Consortium international des journalistes d'investigation (ICIJ)  détaillent les règlements draconiens régissant les sites de détention installés au Xinjiang, vaste région du nord-ouest de la Chine à majorité musulmane.

Ces informations sont publiées une semaine après l'annonce du quotidien américain New York Times qu'il avait réussi à se procurer plus de 400 pages de documents internes au pouvoir chinois, dont des discours secrets du président Xi Jinping appelant dès 2014 à lutter "sans aucune pitié" contre le terrorisme et le séparatisme au Xinjiang.

Les dernières révélations concernent une série de directives de gestion des centres, approuvées en 2017 par le chef des forces de sécurité au Xinjiang, ainsi que des rapports des services de renseignement montrant comment la police utilise l'intelligence artificielle et la collecte de données pour cibler les personnes à interner.