Cinéma : la Berlinale un festival engagé

La 67e Berlinale déroule le tapis rouge. Le festival de cinéma de la capitale allemande a cette année près de vingt  films en compétition pour l’Ours d’Or.

Avec cette nouvelle  sélection, la Berlinale, qui avait déjà récompensé l’an passé un film documentaire sur le drame des migrants à Lampedusa (Italie), Fuocoammare, veut rester fidèle à sa réputation de festival engagé.

 

Aucune star hollywoodienne n'est d'ailleurs en compétition. La Berlinale refuse en effet d'être le festival des paillettes. Moins glamour que Cannes ou Venise, Berlin joue sa propre carte : celle d’un festival en prise avec l’actualité et les enjeux politiques du moment. 

"Nous avons beaucoup de films cette année qui racontent de différentes manières le monde dans lequel on vit, mais toujours avec un 'twist', une touche d’humour, un regard qui donne de l’espoir", décrit le directeur de la Berlinale, Dieter Kosslick.

 

Parfaite illustration de cette prise de position, The Other Side of Hope, le nouveau film du Finlandais Aki Kaurismäki. Il raconte avec humour et tendresse le périple d’un réfugié syrien en Europe.