Agoras citoyennes au Liban

Les agoras citoyennes ont fleuri sur toutes les places de la contestation, de la capitale Beyrouth aux autres villes du pays en pleine crise politique et économique. Sous des tentes, assis à même le sol ou debout les bras croisés, les Libanais multiplient les tours de parole pour assouvir leur soif de savoir et se réapproprier leurs droits après des décennies de désillusion.

Ce soir-là, dans un coin de la place Al-Nour, on discute d'une «feuille de route pour la révolution», tandis qu'à quelques pas, la fête bat son plein: les chants nationalistes et la musique techno se succèdent, crachés par des hauts-parleurs.