Confinée dans un refuge à 2600m d'altitude

Un îlot de solitude en haute altitude, face au plus haut sommet de Savoie, la Grande Casse. C’est ici que Bérengère Vallat vit son confinement, dans son refuge du Col du Palet, à 2 600 m d’altitude. Lorsque la saison s’est arrêtée brutalement, son collègue redescendu en ville, elle est restée seule. Un mois d’isolement total qu’elle savoure, avec des chamois pour uniques voisins. En attendant le retour des touristes, seul un colocataire à plumes supporte son isolement.

 

Dans le refuge, le garde-manger est plein. Les vivres ont été livrés par hélicoptère il y a deux mois. Impensable de les redescendre en ville, alors Bérengère Vallat s’est organisée pour conserver ces denrées le plus longtemps possible. La saison d’hiver est d’ores et déjà finie. L’incertitude demeure pour celle d’été, qui doit démarrer à la mi-juin. Pour l’heure, impossible de savoir quand le refuge pourra rouvrir. La gardienne espère bien accueillir cet été les amoureux de la montagne et de sa beauté sauvage.