Au-delà du virus l'alcoolisme plane sur les Russes confinés

 


 

Confinés depuis un mois, les Russes pourraient voir un vieux démon relever la tête : l'alcoolisme, qui, s'il a drastiquement reculé ces dernières années, demeure un risque pour une population qui ressent déjà les effets de la profonde crise économique qui s'annonce. Dès la première semaine d'isolement, les ventes d'alcool ont grimpé de70% sur un mois en Russie, selon l'institut d'études de marché GFK.