C’est leur planche de salut depuis le début du confinement : le jardin. En avoir un, c’est faire des envieux. Mardi 5 mai, cela fait 50 jours qu’on y bronze, qu’on le bichonne, qu’il fait du bien.  on n’a jamais autant bêché. Michel Goupil, 82 ans a un potager aux petits oignons. Cela fait un demi-siècle qu’il cultive ces légumes, pour le plaisir, mais pas seulement. 

 

Confiné dans son lopin de terre, il ne s’est jamais senti aussi libre. Comme lui, 4 Français sur 10 cultivent un potager. La réouverture des jardineries a été une bénédiction. Pour certains,  ils cultivent un petit lopin de terre dans des jardins ouvriers. L’attestation autorise une heure sur place. Ils ne rateraient ce rendez-vous pour rien au monde. Pour tous ces passionnés, le jardin est une bouffée d’oxygène et le confinement une parenthèse enchantée. Que sera le déconfinement ?