Avec le parapente, la liberté retrouvée

Ils ont dû patienter une journée de plus avant de déployer leurs voiles. En effet, les premiers parapentistes ont été privés de vol en raison des caprices du vent. Ils se sont élancéés. Une liberté retrouvée qu’ils n’auraient renié pour rien au monde. Les passionnés de vol libre ont parcouru pour certains plusieurs centaines de kilomètres pour retrouver leur activité, coupée par le confinement.

 

"Voler, ça nous manque quand on ne peut pas", affirme Roland Wacogne, passionné. Des vols qui permettent d’évacuer la frustration connue durant le confinement, mis en place le 17 mars en France, durant huit semaines. "On peut retrouver cette magie du vol libre, on respire, on reprend contact avec l’air, avec la nature", poursuit le passionné de parapente. Des vols néanmoins limités à 100 km, tout comme la limite définie sur la terre ferme.