Nicaragua

Le hasard n'y est pour rien, dit-on. Et pourtant, à l'occasion d'une chaine poétique pendant le confinement, j'ai rencontré virtuellement un architecte, photographe,  d'origine nicaraguayenne. Il repoussait sans cesse une conversation que je lui proposais sur son pays quz je ne connaissais pas... Et puis; il a fallu que j'utilise une de mes boites e mails qu'il hésitait à identifier. Et il répondit favorablement, avec beaucoup de taquinerie à ma requête.

Le mot 'Nicaragua' est un mot amérindien d'origine nahuatl, qui désignait lors de la conquête espagnole le territoire séparant le lac Nicaragua de l'océan Pacifique. Ce mot proviendrait du nom du chef autochtone qui régnait sur ce territoire à l'arrivée des conquistadores: Nicarao....

 Je cherchais en bonne latiniste une origine à nicar-agua (eaux) mais non. Et d'ailleurs à part un lac Omotepe et le Rio San Juan et malgré les deux océans qui encadrent le Nicaragua, il y a une flore abondante, typique des climats tropicaux, mais aussi des volcans... 

Nicaragua et ses régions

   Le lac Nicaragua est le plus grand lac d’eau douce d’Amérique centrale. Aussi localement appelé « douce mer », lago cocibolca, il abrite une multitude d’îles et d’îlots. La légende locale annonce 365 petits bouts de terre perdus dans le lac Nicaragua, un pour chaque jour de l’année. On y trouve notamment la fameuse île d’Ometepe et ses 2 volcans Maderas et Concepción.

   La région de Granada est riche, dans tous les sens du terme et plus conservatrice que sa rivale historique du nord, León. La ville de Granada est avant tout connue pour être la plus ancienne ville coloniale du continent américain toujours localisée sur son site d’origine.

   León et Chinandega sont les deux grandes villes du Nord-Ouest du Nicaragua et aussi les plus chaudes. León a construit sa réputation historique, c’est la capitale de la révolution. Une ville coloniale s’offre à vous, bien plus que Chinandega sa voisine, et vous serez surpris d’y croiser autant d’étudiants et d’universitaires. Ses rues et routes sont chargées d’histoire, il y a certes le musée de la révolution dans le parc central, mais la ville est un musée à part entière : fresques, dessins et autres graffitis nous rappellent l’époque rebelle et anti-dictatoriale de la cité.  Notez que la belle, chaude et majestueuse León est aussi bordée de volcans. Elle a été construite sur les traces de la chaîne des Maribios.

 

  La grande région de Managua est un centre important au Nicaragua. Managua, capitale du Nicaragua, est une grande agglomération qui s’étend sur vingt kilomètres sur le flanc du lac de Managua, el Lago Xolotlán. Plus d’un million d’habitants y résident, c’est de loin la plus grande ville du pays, une vraie capitale ! De grands édifices, des ronds-points et un fort trafic routier n’invitent pas à priori à s’arrêter en ville. C’est le centre administratif du pays, et pourtant…

 Le nord du Nicaragua et sa cordillère Isabelia, est une région de petites montagnes, de forêts, de cascades et de plantations de tabac et de café. A seulement quelques heures de la capitale, le nord reste inexploré et propose une réelle expérience. Le climat y est plus tempéré, l’agriculture y est donc riche et variée. La région est réputée pour être très accueillante et il y existe un grand nombre de projets communautaires et coopératifs

   La façade maritime pacifique du Nicaragua s’étend de la frontière avec le Honduras au Nord à la frontière avec le Costa Rica au Sud. Parsemée de longues plages. L’accès aux plages est parfois un peu difficile, certaines pistes ne sont pas faciles à aborder, notamment pendant la saison des pluies. Mais globalement, circulez sur la Panaméricaine longeant la côte et bifurquez de temps à autre vers l’est, vers les plages ou  un village de pêcheurs...