Berlin retrouve son opéra

 

Cette pièce fait partie de l'ADN de l'Allemagne. Elle raconte l'histoire des dieux et des déesses, des géants et des nains, de l'or volé, de l'amour et de la haine.

Dans cette version, seulement vinht deux musiciens seront sur scène et garderont, évidemment, leurs distances.

L'acte de deux heures et demie, qui est l'un des quatre qui composent cet opéra, a été condensé en une heure et demie. Un véritable défi artistique pour Neil Barry Moss, le metteur en scène sud-africain. "On a obtenu cet endroit incroyable, ce qui vous donne l'opportunité de faire une version un peu étrange, une version que personne n'a faite auparavant. Qu'êtes-vous censé dire à propos de cette pièce, elle est tellement connue. Pour moi, c'était évident" raconte-t-il.

Ce n'est pas la première fois que le parking fera office de scène. La première et unique performance date de 2014, ce qui n'a pas empêché les metteurs en scène d'être surpris par l’acoustique. Dietmar Schwarz l'avoue : "En fait, on avait un peu oublié ça, mais l’acoustique est en réalité assez bonne ici. Nous n'avons besoin d'aucune amplification. C'est pas l'idéal, c'est sûr, mais plutôt bon".

Les petites représentations et concerts pourront peut-être avoir lieu dès cet été en Allemagne. Pour le moment, "Das Rheingold" de Wagner est la seule performance, avec public, autorisée.