Beyrouth, tout un patrimoine dévasté

La double explosion de Beyrouth a détruit des vies,  mais aussi des joyaux architecturaux. Certaines maisons coloniales avaient été endommagées par quinze ans de guerre civile, l'explosion a terminé le travail. Le musée Sursock, situé non loin du port, était un trésor sur lequel l'architecte Jacques Aboukhaled a travaillé pendant vingt ans. Il avait rouvert en 2015, après huit ans de travaux.

"C'est difficile à expliquer. C'est comme beaucoup de gens à Beyrouth qui ont perdu leur appartement. C'est un sentiment très proche, car je suis très attaché à ce bâtiment"

 

Selon un porte-parole du musée, entre vingt et trente œuvres d'art ont été endommagées par des éclats de verre.

Des dizaines de maisons de maîtres ont été endommagées, et doivent être réparées avant l'hiver, si on veut sauver le glorieux passé de Beyrouth. Tania Ingea nous ouvre les portes de la maison Rayes. Elle est née ici, héritière de la famille Sursock qui a donné son nom à la rue, et au musée voisin.