Prémisses d'un pacte migratoire européen

Les quatre dirigeants du groupe de Višegrad réunis à Bruxelles. La Hongrie, la Pologne et la République tchèque ont souhaité faire part sans attendre de leurs commentaires concernant le projet de pacte migratoire présenté  par la Commission européenne.

Le ton est donné rapidement par le Premier ministre hongrois. "L'approche générale n'a pas changé car ils veulent continuer à gérer la migration et non pas arrêter les migrants", estime Viktor Orban.


La Commission a proposé un filtrage préalable à l'entrée des demandeurs d'asile qui franchissent les frontières extérieures de l'UE. Le groupe de Višegrad plaide pour la mise en place de centres d'analyse situés hors du continent. "Il faut des centres d'accueil hors d'Europe. Nous devrions négocier avec les pays d'Afrique du Nord, nous devrions avoir une stratégie à long terme avec la Syrie et la Libye", insiste le Premier ministre tchèque Andrej Babis.