le chat de Nazca

Le plus célèbre est sans doute le singe : vu du ciel, le primate filiforme étale ses longues pattes et sa queue en tourbillon sur 93 mètres de long et 55 mètres de large. Il y a aussi le colibri, tout géométrique avec ses plumes perpendiculaires. Et puis un héron au cou en zigzag, un pélicanun chienune araignée, un bébé condor ou encore un cachalot. Les géoglyphes de Nazca, ces immenses figures tracées au sol dans le désert péruvien, forment tout un bestiaire… Auquel vient de s’ajouter aujourd’hui un chat.

Les archéologues l’ont découvert un peu par hasard, à l’occasion de «travaux pour améliorer l’accès à l’une des collines qui fournit un point de vue sur de nombreux géoglyphes», rapporte le journal britannique The Guardian. Déployé sur le flanc de la colline, le félin mesure pourtant 37 mètres de long. Mais ses traits étaient presque effacés, rendant l’animal quasi invisible dans le paysage. Le dessin «était sur le point de disparaître car il est situé sur une pente assez raide qui subit les effets de l’érosion naturelle»explique le ministère de la Culture péruvien.