Art rupestre au Congo

Le massif de Lovo se trouve dans le nord de l’ancien royaume de Kongo. Il s’étend sur 430 km² où se dressent des centaines de massifs calcaires percés de nombreuses grottes et abris-sous-roche. Après plus de dix années de recherches archéologiques, Geoffrey Heimlich et son équipe, en croisant les points de vue ethnologique, historique, archéologique et mythologique, veulent mettre en lumière la recherche sur les patrimoines africains, l’art rupestre, part importante de la culture kongo. Au même titre que les sources historiques ou les traditions orales, ce travail peut apporter aux historiens une documentation de premier plan et contribuer à reconstruire le passé de l’Afrique. 

 

Aujourd’hui, avec  vingt grottes ornées, le massif de Lovo contient la plus importante concentration de sites rupestres de toute la région, ce qui représente plus de 5700 images rupestres. Mais à la différence des arts rupestres du Sahara ou d’Afrique australe, richement documentés, ceux d’Afrique centrale restent encore aujourd’hui largement méconnus. Les images rupestres de cette région n’ont jamais fait l’objet d’investigations de grande ampleur et leur âge reste généralement très incertain.