L'Opéra cosmique ( extrait)

Les Forces de la Révolution et les Forces de la Réaction se livraient bataille en champ clos. Le champ était la terre, la clôture les étoiles.

Il y avait les Noirs, il y avait les Blancs. Au demeurant, ils étaient tous d'accord entre eux puisque chacun était sûr d'avoir raison. Oui, mais voilà chacun était sûr d'avoir raison de son côté, et c'est pourquoi tout le monde se faisait la guerre.
Parmi les hommes, il en était un qui ne savait quel parti prendre, comme qui dirait, qui ne savait à quel saint se vouer. Il avait pour prénom Valentin et pour nom Desosseux.

Valentin regardait les gens se massacrer sous ses fenêtres. Cela l'amusait fort, car il ne comprenait rien. Il y comprenait d'autant moins que les Blancs puis les Noirs l'emmenèrent un jour, et un autre jour encore, pour le rouer de coups à qui mieux mieux, parce qu'il ne savait que répondre à leurs questions. Etaient ils des Blancs Il ne voulut pas le dire.Ou des Noirs ? Il n'en savait rien. Dès lors c'était un espion des Blancs chez les Noirs ; un espion des Noirs chez les Blancs.
Il serait fusillé à l'aube. Ou plutôt non. Les uns et les autres, faisant montre d'une clémence exceptionnelle, optèrent pour l'irresponsabilité. Ils le déclarèrent fou et le laissèrent tranquille.

 

Pour connaître la suite, je propose un  paragraphe de plus à tous ceux qui mettent un message sur le site. Voir 1ère page