Entre parenthèses

Pour un aléa dans notre réseau de communication, il arrive qu'une soirée ordinaire devienne extraordinaire  : plus d'ordinateur, plus de télévision ni de téléphone. On se retrouve comme pris au piège avec pour seule compagnie l'écoute de la musique sans image : le son seul parvient aux oreilles par la magie de la fée électricité, celle de Edison et rien d'autre.  J'avoue que la musique de Purcell prend une toute autre dimension car toute l'attention est focalisée sur les voix et les instruments de musique .